fbpx
Menu Fermer

Du vent froid, un ciel bleu et du feu

Le froid ne nous à pas arrêté, même si l’équipe est réduite, nous avons quand
même avancé sur certains points.

Rangement de la partie saine du chateau d’eau.

Laurence souhaite ranger l’atelier, et en profite pour ranger et nettoyé la zone saine de l’ancien château d’eau. Cette zone va nous permettre de stocker des planches, des filets, du matériels encombrant dont nous ne nous servons pas à chaque session. C’est plutôt agréable de voir l’espace un peu plus propre. Ça ouvre des perspective d’utilisation.

Nous parlons d’ailleurs d’un article que j’ai vu passé il y a peut sur la visite à la Caverne aux champignons de la porte de la chapelle. Nous pourrions faire pousser des champignons dans cette zone ! C’est une idée amusante 🙂

Nous en profitons pour bruler quelques bout de bois dont nous ne ferons rien, soit qu’ils sont trop abimé, ou de dimension inutilisable. Dans le lot, nous brulons aussi des sapins de noël. J’avais amené le miens et récupéré celui du restaurant le jouvence, mais Laurence m’a expliqué que les sapins amène beaucoup d’acidité au sol en se décomposant, et de l’acidité, c’est pas vraiment ce qui manque sur notre sol rempli de remblais…

C’est le moment de faire un peu de chimie; une plante a besoin de certains éléments pour construire sa matière végétale. Pour plus de 90%, une plante est composé de carbone (C), d’oxygène (O) et d’hydrogène (H). Le carbone et l’oxygène sont récupéré dans le CO2 de l’atmopshère par le biais de la photosynthèse, la lumière :-). Pour l’hydrogène, la plante puise dans l’eau du sol (d’ou la nécessité de garde un sol humide, par paillage, arrosage ou autres astuces :-)).

Dans les 10% restant on retrouve une partie d’éléments nutritifs indispensables à la croissance de la plantes (malgré leur faible présence). C’est ici que nous retrouvons l’azote (N) dont ont parle temps en agroécologie/permaculture. Mais il faut également du phosphore et du potassium (K). Un manque d’une de ces trois éléments ralenti la croissance de la plante parait-il.

Il existe d’autres éléments nutritifs, mais dont le manque ne semble pas vraiment impacter la croissance des plantes; le soufre (S), le calcium (Ca), le magnésium (Mg), le fer (Fe) par exemple. Nous aurons l’occasion de parler de calcium, puisqu’apparement, les tomates de l’année dernière ont montré des signes de manque de calcium.

Je découvre, mais ça semble logique, que ces organismes vivants, comme nous, sont composé d’un savant équilibre entre plein de chose différente… Les cendres du feu nous permettrons d’avoir un apport de nutriment. Malheureusement, cet apport dépend de ce qu’on y brule, et nous avons brulé plein de truc différent, sans trop faire attention. Nos cendres sont peut-être trop riche sur un des nutriment. Il faudra s’en servir avec parcimonie.

 

Poulailler

Nous avons mis en place le pondoir. Il lui manque les porte et la passerelle pour que les poules puissent y monter, mais c’est déjà une bonne étape.

Dans ce qui pourrait être fait prochainement pour le poulailler :

  • Faire une opération récupération à plusieurs pour finir le mur bois du
    poulailler.
  • Finir la toiture.
  • Faire les portes.
  • Trouver du grillage plus haut (il faut un grillage d’environ 2 mètres).

Butte expérimentale

Après avoir enlevé de la terre pour rien, enlevé gravat du sol pour trouver une consolation à l’avoir fait, puis mis du bois au fond, recouvert de BRF… Cette semaine, nous avons recouvert tout cela d’une couche de feuilles en décomposition, un début d’humus.

Pour la suite, il faudrait une couche d’azote, en mettant de la verdure. Il y a des orties dans le coin, nous allons sûrement en faire une bonne récolte, et au lieu d’une soupe ou d’un purin (un jour il faudra que j’essai), nous allons en faire une couche sur la butte. L’idée sera ensuite de recouvrir de terre, sûrement celle que nous avons enlevé, qui commence à secher sur les bords.

La question de laisser avec ou sans planche sur les cotés se pose. La décision de mettre ces planches est d’une part estétique, et d’autre part, pour permettre l’ajout de matière. Est-ce toujours valable alors que nous entamons la 3eme saison au jardin ? Et si nous arretons, que fait-on de celle déjà en place ?

Le problème de ces planches, c’est principalement leur coup. J’aime à penser que le nom de jardin robinson est un hommage à la débrouille : nous n’avons pas de budget, il nous faut bricoller avec les moyens du bord, un faible investissement, de la récupération, faire les poubelles et les encombrant. Moi, cette idée me plait, mais je suis prêt à reconnaitre les moment où nous avons malgré tout besoin d’investir. Et je crois que pour les planches, soit nous avons une idée pour nous passer de toutes, soit nous devons continuer à en mettre. Et là, je n’ai pas d’iée pour les enlever 🙂

Cartonner les allées

Pour limiter la repousse des graminés, nous avons mis des grandes bandes de cartons dans les allées. Toutes ne sont pas recouverte. Alors je découvre ce que la famille des graminés (dont le nom ne m’étais pas inconnu) regroupe : plein de chose… Il y a même le bambou et la canne à sucre dedans. Bien sur, les cartons ne sont pas là pour empécher ce genre de graminé, mais plutôt les herbes vertes de pousser.

Je ne peux pas m’empécher de penser que si ce genre d’herbe poussent là c’est qu’il y a une raison. Nous devrions peut-être nous renseigner sur pourquoi ces herbes poussent là, qu’est-ce que ça signifie ? Peut-être devriont nous les laisser ?

 

 

Et d’autres choses

Dans la semaine, il y a eu opération Paillage ! Les petits pois resterons au chaud. Par contre, pas la peine de pailler la mache, la meilleur solution c’est de la récolter pour la manger avant qu’elle ne gêle 🙂 Un bon sac plus tard, il ne reste plus grand chose. Miam.

Et oui, parce qu’il gêle plutôt fort par ici, ça manque de micro climat. Les deux bassins sont gelés.

 

 

Une première liste des sujets chauds du moment au jardin

  • Discussion sur le manque de calcium de notre sol trop acide.
  • Inventaire des graines.
  • Inventaire des outils.
  • Aménagement de l’atelier.
  • Fabrication de grande table.
  • Mise en place de chassis.
  • Finir le poulailler.
  • Mettre en place une signalétique.

Il y a de quoi faire encore.