fbpx
Menu Fermer

Journée de pailles

Le froid est là, un peu sur la fin de l’hiver, mais il est là. Pour protéger les petits pois et autres fèves que nous avons planté, il nous fait pailler, c’est une des meilleures options.

Pour faire avancer le paillage, il faut se retrouver un autre jour que le dimanche. Laurence connais un endroit où nous pouvons aller chercher de la paille le matin, avant midi, mais il faut y aller en semaine.

Elle y est allée la semaine dernière, mais seul, ça va moins vite. Aujourd’hui, nous y sommes allé à 2, et on a fait 2 voyages en plus. Du fumier et de la pailles, de quoi passer l’hiver au chaud.

 

C’est dans ces moment là, ou tu mets de la paille en vrac dans ta voiture que tu te dis qu’avoir des grosse poubelles pour transporter tout ça c’est quand même pas mal… Je suis bon pour un nouveau nettoyage, ou pas. Les enfants apprécieront sûrement :-).

 

 

J’ai également découvert qu’il est possible d’avoir de la paille et du fumier gratuitement dans les centres équestres. Alors peut-être que si tout le monde y va tout le temps, ça risque de poser des soucis. Mais là, pour le moment, ça semble ok de revenir. Obtenir des bottes de pailles, ficelé, c’est payant (pas forcement très chère si j’ai bien compris) et à un autre endroit.

Une fois toute cette matière déposé au jardin, j’opte pour un rapide allé retour à la maison pour me restaurer. Au retour, petit café au Jouvence, discussion avec Andréas et Angel, toujours aussi sympatique. Quelques flocons de neige tombent dehors, c’est un très beau et bon moment.

Nous y repartons. Laurence est pleine d’énergie pour ranger l’atelier et la partie saine du château d’eau. Je l’aide un peu, puis part pour le potager.

Je revois le paillage des petits pois. Il manquait de la paille le week-end dernier pour pouvoir tout couvrir correctement. C’est rectifié maintenant.

J’ai découvert une nouvelle datura, toute sèche, juste de l’autre coté du grillage, pas loin du potager (de l’autre coté du terrain du château Éphémère par rapport à la dernière que nous avions repéré).

Dans la ligne de l’élan rangement, j’opte pour le déplacement des chassis : trop proche de la maison à notre gout. Je les placent le long du mur. Il y a un micro-climat par ici, le mur chauffe bien toute la journée, ça sera mieux pour tout le monde. J’en profite pour mettre un peu de pailles sur et surtout autour des boutures.

Je profite d’une petit pause à l’atelier pour filer un coup de main au rangement. Nous partons voir l’autre partie du château d’eau; il y a pas mal de matériel à nous. Nous le mettons dans l’autre partie. On discute aussi de l’usage ou pas de certaines choses dans l’atelier. Difficile de faire du tri quand nous ne savons pas ce qui est à qui ici. Faire en sorte que l’information sur l’usage des lieux soit claire et partagé par toutes les personnes qui participent au jardin me semble indispensable. Il faut passer par de l’affichage, c’est le moyen le plus simple quand il n’y a pas de moment régulier tous ensemble.

Je crois qu’il nous faut également un inventaire de ce que nous avons et de ce qu’il nous manque. Ça évitera peut-être que tout le monde dépose des choses en pensant que ça pourrait servir… Et que finalement ça encombre plus qu’autre chose. Je crois que j’ai également besoin de prendre le temps d’observer une saison complète au jardin pour mieux comprendre la dynamique du lieu, et surtout des personnes qui y viennent.

Je retourne ensuite prêt du mur : il y a deux tas de composte dont nous ne nous servons plus le long du mur. La suite c’est donc de les vider et démonter. Je vais mettre la matière sur la « butte expérimentale » pour continuer à y apporter de la matière. Ce n’est pas de l’azote, mais ça aidera également.

 

 

J’entame ensuite de recouvrir cette bonne matière par un peu de la terre que nous avions enlevé la dernière fois. Elle est très bonne après tout :-). Mais là, elle est surtout gelé. Je n’y arrive pas. Sauf sur un des tas, au nord-ouest, contre un des cadres qui a été paillé il y a longtemps. Je recouvre, en me disant que ça protègera la couche de composte du gel. Mais je me trompe peut-ête, tant pis. Nous verrons dimache prochain 🙂

 

Dans le rangement, on a découvert des tuilles encore, de quoi faire une autre spirale aromatique 🙂

Dans les actions intéressante pour la prochaine session :

  • inventaire des graines
  • inventaire des outils
  • signalisation lieu (atelier, potager 1, potager 2, semis/chassis, spirale aromatique, poulailler, stockage, …)
  • signalisation plantation (petit pois, salades, blettes, …)
  • renforcement de la structure du canapé pour le mettre en extérieur
  • ponsage de la table bois avant vernis pour pouvoir la mettre en extérieur aussi
  • cadre à faire