Menu Fermer

Planter une forêt

Aujourd’hui, petite session; je suis tout seul. C’est encore l’hiver, il fait froid, les plantes et les personnes qui s’en occupe hibernent encore 🙂 Pourtant, la journée est belle, le soleil chauffe, l’air est sec. Il y a ce vent du nord, glacial, qui est un peu désagréable.

Philippe a déposé du matériel pour le poulailler, de quoi faire le toit je crois. Mais je n’ai pas très envie de m’en occuper tout seul.

Laurence montrais la semaine dernière que la terre se tasse beaucoup dans les carrés et que c’est peut-être une bonne idée de mettre du bois dedans. Est-ce qu’il faut le mettre au fond ? Faut-il enlever de la terre pour pouvoir le mettre en dessous ? Ou alors est-ce que nous disons ça principalement pour les futurs cadres ? Et sur les existants, on ajoute un broyé de bois sur la terre avant d’en remettre une couche ?

Ne sachant pas trop, je ne me suis pas lancé. Ou disons, j’ai commencé par casser du petit bois dans une poubelle, dans l’optique de l’amener vers le potager. C’est vrai que toute cette matière entassé qui ne profite pas au jardin me dérange un peu. Un petit coté gaspillage…

En faisant ça, j’ai remarqué des pousses de marronnier. En fait, il y avait un rejet et deux pousse à partir de marron ayant germé. J’ai entreprise de les repiquer à proximité du potager, historie de créer des alliés boisé pour le sol. Je ne suis pas encore très familier de tout ça, mais je veux bien croire que les arbres, les plantes et les champignons sont un peu comme les icebergs : la partie émergé. En dessous il y a beaucoup de vie et d’activités. D’ailleurs, c’est un point important à traiter sur le terrain que nous travaillons; nous devons l’aider à reprendre vie ! Planter des arbres me semble une bonne manière de participer à cela.

Je me décide donc a trouver 3 emplacements prêt du potager. Aujourd’hui, le vent viens du nord. Je ne suis pas sur que ce soit toujours le cas, mais quand il viens de par là, il est très froid. Je décide donc de placer les arbres dans cette axe, pour briser le vent et aider à créer un microclimat sur le potager. Un marronnier c’est grand, avec un gros tronc, ça aidera sûrement. Il faudra penser à planter des arbres plus petit autour, j’essaie de laisser la place nécessaire.

J’aère la terre avec la fourche-bêche, je creuse un petit trou, j’y place les pousses. Ensuite je fait comme un nid avec le bois cassé, et quelques gros morceaux. Pour finir, je recouvre avec des feuilles en décomposition. J’ai également arrosé avant de partir. Je ne suis pas sur que c’était nécessaire, mais tant pis. J’ai longuement hésité à faire l’inverse : les feuilles et le bois par dessus.

Je tente également quelques boutures en pleine terre, mais j’ai oublié de mettre des feuilles ou de la pailles (ou du bois ?) autour des boutures, pas sur quelles partent. Je retenterais en mettant de la matière pour aider à prendre.

Dans un sol aussi pauvre que le notre, je pense que les arbres ont un grand rôle à jouer. Un arbre, en plus de ces racines qui permettent les champignons, le drainage, la décomposition, cet arbre fourni de la matière à décomposer avec ses feuilles et ces branches. Même si ce n’est pas un arbre fruitier, ça peut avoir du bon. De mon coté je vais veiller à ce que ce soit au moins des arbres mellifère, pour apporter de la nourriture aux pollinisateurs 🙂