fbpx
Menu Fermer

Une année à tomates …

On peut le dire, le climat cette année laissait présager le pire: beaucoup de pluie en début de saison suivie d’une période plutôt sèche qui a durement éprouvée les bras vigoureux de Laurence et Jean-Pierre (nos deux préposés à l’arrosage).

Mais le travail a payé car comme vous pouvez le constater sur la photo ci dessus, la récolte de tomates a été plutôt bonne et elle n’est pas finie car nous en recoltons encore chaque semaines.

Quelques potimarrons sont venus se glisser dans la récolte de ce week-end, ce qui me donne l’occasion de vous donner la recette de Soupe de potimarron de Laurence.

Plusieurs variétés ont été plantées, histoire de diversifier les utilisations et les saveurs mais pas seulement.

En effet, de l’avis d’un maraîcher, mieux vaut multiplier les variétés car chaque année vous en aurez qui, fatalement, attraperont la maladie dite « du cul noir ».

Maladie du cul noir chez les tomates
Maladie du cul noir chez les tomates

Qu’est ce que la maladie dite du cul noir ?

A la base, il s’agit d’une nécrose apicale. C’est à dire que le pied de tomate n’arrive pas à synthétiser suffisamment de calcium.

Il existe deux causes possibles à ce phénomène:

  1. Stress hydrique
    La tomate à besoin d’eau pour absorber ce calcium et si l’arrosage est insuffisant, la plante aura des difficultés pour l’assimiler
  2. Pauvreté du sol en calcium
    Dans ce cas, il faut enrichir la terre en calcium mais il est assez rare d’être obligé d’en arriver là.

En ce qui nous concerne, nos plantations de tomates n’ont pas échappées à cette calamité et c’est bien l’arrosage qui a fait défaut et non la pauvreté du sol en calcium.

Ceci dit, nous avons quand de quoi nous régaler et goûter à toutes les variétés que nous avions plantés car un très faible pourcentage a été touché.

Les préposés à l’arrosage ont donc fait du bon travail car nous ne bénéficions pas d’un système d’arrosage automatique…