fbpx
Menu Fermer

Visite au Potager du Roi à Versailles

Pendant que nos légumes poussent tranquillement, nous avons profiter des quelques moments d’oisiveté pour aller chercher l’inspiration au Potager du Roi, à Versailles.

Un potager classé monument historique

Classé monument historique en 1926, et partie intégrante du site versaillais inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, le Potager du Roi est ouvert au public depuis 1991.
Dans le jardin, les manifestations culturelles rythment l’année. Danse, expositions, théâtre investissent régulièrement le jardin.
Le festival Plastique Danse Flore propose ainsi chaque année une rencontre avec la création contemporaine lors des Journées européennes du patrimoine et début octobre, les Saveurs du Potager valorisent la diversité de la production des fruits et légumes.
La présence de l’ENSP et la richesse des activités se déroulant au Potager du Roi confèrent à ce jardin une ambiance originale.

Jean-Baptiste La Quintinie n’était pas un jardinier …

Né en 1624 à Chabanais en Charente, Jean-Baptiste La Quintinie, après des études de droit, fut reçu à Paris comme avocat à la Cour du parlement, et maître des requêtes de la Reine. Jean Tambonneau, président de la Cour des comptes, le remarqua, et lui confia l’éducation de son fils Michel. La Quintinie partit alors pour un « grand tour » en Italie, afin de familiariser son élève avec les arts. Très impressionné par ces jardins, par la beauté de la végétation, il décida de se consacrer à l’horticulture.
Dévorant les écrits des auteurs anciens, en particulier les agronomes Pline et Columelle, il se mit aussi au fait des théories contemporaines, et s’exerça à la pratique dans le jardin de M. Tambonneau à Paris. Sa renommée le fit appeler par les grands de l’époque, et il créa des jardins potagers et fruitiers à Sceaux, Rambouillet. Louis XIV le débaucha pour diriger l’ancien potager de Louis XIII à Versailles.

En 1670, il est fait directeur de tous les jardins fruitiers et potagers royaux, charge créée pour lui. Tout en continuant à veiller sur ses anciennes créations, il est responsable des jardins royaux ainsi que des arbres de l’orangerie construite par Mansart. En 1678, il entreprend la création d’un nouveau potager qui le rend plus célèbre encore.
Soucieux d’avoir été parfois mal imité, La Quintinie rédige son Instruction pour les jardins fruitiers et potagers, publiée à titre posthume en 1690. Il y livre ses expériences dans le domaine des primeurs, mais aussi de la taille des fruitiers. Le premier, il met en évidence le rôle de la sève dans la croissance et la fructification des arbres fruitiers, ainsi que le système racinaire des arbres, et les précautions à prendre lors de leur transplantation.
Devant tant de services rendus, il est anobli en 1687 par Louis XIV. À sa mort le 11 novembre 1688, Louis XIV confia à sa veuve : « Madame, nous avons fait une grande perte que nous ne pourrons jamais réparer ». La Quintinie, en effet, a eu beaucoup d’influence grâce aux liens tissés avec de nombreux savants et curieux de son époque, français ou étrangers, etc.

Un conservatoire des pratiques

Le Potager du Roi se donne pour mission de conserver les pratiques de taille à l’ancienne avec plus de 60 formes fruitières différentes.
Les démonstrations des différentes techniques historiques en culture fruitière et légumière devraient se développer.
En revanche, le Potager du Roi n’est pas un conservatoire de ressources génétiques. La collection d’arbres fruitiers ne résulte pas de prospections sur le terrain mais, pour l’essentiel, d’achats chez des pépiniéristes.
Quant à la collection de plantes légumières, elle a été également constituée par des achats réguliers et des dons.

Variétés anciennes et actuelles

‘Ariane’, ‘Api’, ‘Angelys’,’Bon Chrétien d’hiver’, ‘Emma’ et les autres, environ quatre cent-cinquante variétés fruitières et quatre cents variétés légumières récentes et anciennes sont cultivées au Potager du Roi. En effet, celui-ci a pour ambition de rendre accessible au grand public une large diversité de fruits et de légumes parfois peu connus et souvent rares.
Valeur gustative, facilité de culture, intégration dans le calendrier de production, curiosité ou valeur patrimoniale sont les qualités prises en compte par les jardiniers pour sélectionner les variétés.

30 tonnes de fruits et 20 tonnes de légumes produits chaque année au Potager du Roi.

Un jardin en évolution constante

Depuis sa création par La Quintinie, le jardin a connu de nombreuses transformations et il continue à changer d’aspect, confortant son rôle historique d’espace d’expérimentation et de démonstration.
Le renouvellement des arbres fruitiers, par exemple, est régulier. L’introduction des allées enherbées a quant à elle commencé seulement dans les années 2000. L’engazonnement répond au souci de diminuer fortement l’utilisation des produits phytosanitaires.
Plutôt que de faire la chasse aux adventices* sur des allées en terre battue, une des solutions a été de recouvrir ces dernières de gazon.
Dans le même esprit, les jardiniers acceptent et encouragent maintenant la présence de certaines mouches et certains bourdons, certains champignons et certaines bactéries, certains mammifères et certaines plantes. Considérés comme des accompagnants et non comme des indésirables, ils modifient eux aussi la physionomie du jardin.

L’équipe du potager

Les dix jardiniers, épaulés par des saisonniers en période estivale, sont répartis en trois groupes. L’équipe des cultures fruitières cultive environ cinq mille arbres en espalier, contre-espalier et gobelets divers. Il s’agit probablement de la plus grande collection au monde d’arbres conduits en formes fruitières anciennes. Les jardiniers chargés des cultures légumières occupent deux hectares et demi et expérimentent des variétés anciennes et nouvelles, locales et étrangères. La troisième équipe embellit le site avec des plantes d’ornement et teste la permaculture.

Enfin, fidèle à sa tradition de formation, le Potager du Roi offre aux étudiants un atelier en plein air pour les enseignements artistiques et écologiques.

Quand et Comment visiter le potager ?

Le potager est ouvert toute l’année en individuel au tarif de 4,50€ en semaine et 7€ les week-end et jours fériés (tarif réduit 3€).

Les heures et jours d’ouverture varies en fonction des saisons.

  • Janvier à mars
    les mardis et jeudis de 10h à 18h
  • Avril à octobre
    du mardi au dimanche de 10h à 18h
  • Novembre à décembre
    les mardis et jeudis de 10h à 18h
    le samedi de 10h à 13h

Il existe aussi deux formules avec conférencier. La visite se fait alors accompagné d’un jardinier du potager.

  • Groupe avec conférencier (visite d’1 heure) : 200 €
  • Groupe privilège (visite d’1 heure 30) : 257 €

Il existe d’autres formules et tarifs notamment pour les groupe scolaire, les comités d’entreprises et je vous invite à allez sur le site du potager pour en savoir plus (www.potager-du-roi.fr).